Youtube Pinterest Flickr Facebook Instagram
Logo Via Regio

Deux régions, une même histoire...

Château de Ferrette
cliquez pour agrandir l'image Château de Ferrette

Le comte Thierry de Montbéliard décéda aux environs de 1105. L’héritage qu’il laissait en mourant était considérable. Il fut partagé entre ses trois fils, Frédéric, Renaud et Thierry. L’un d’entre eux, Fréderic Ier devint compte de Ferrette et s’y installe dès 1125. Au XIIIe siècle, l’un de ses descendants, Berthold, est nommé évêque de Bâle et son frère, alors comte de Ferrette, lui cède son comté en fief. L’évêque devient alors suzerain d’un jura qui va de Thann à Neuveville. Très vite, les Ferrette se taillent un domaine qui fera d’eux l’une des plus puissantes maisons d’Alsace.

En 1324, à défaut d’une descendance mâle pour le comté, Jeanne de Ferrette épouse Albert II de Habsbourg, duc d’une Autriche qui s’étendra de Belfort à Vienne et permettra de prétendre à une véritable hégémonie politique sur le Rhin-Supérieur, face à la Bourgogne.

De leur côté, les Princes-évêques de Bâle concentrent leur effort dans l’espace jurassien. Ils perdent la ville de Bâle à la Réforme (1525) mais en demeurent les souverains jusqu'à la Révolution française, avec Porrentruy comme capitale. En 1815, l’ancien territoire de l’Evêché est rattaché à la Confédération. L’Alsace, devenue française après la guerre de Trente Ans (1648) et le Jura, sont aujourd’hui deux contrées voisines et amies. L’ancienne abbaye de Lucelle, aux confins des deux pays, symbolise bien cette communauté d’intérêts. Et la route internationale qui se faufile le long de la Lucelle, une rivière frontière, continue à attester de ces liens.